• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Le chat paresseux de mon amie

Le chat paresseux de mon amie - Paula Tigner

J’avais lu un livre que mon frère m’avait envoyé, et qui portait sur les différents modes de culture du potager. J’avais appris, en consultant cet ouvrage, que les meilleurs rendements, sont issus d’une combinaison entre la connaissance des cycles de la terre, et celle sur les végétaux. Tout d’abord, j’avais eu envie de me lancer dans la réalisation d’un potager, mais je n’avais pas assez de terrain. Voyant mon désarroi, une de mes amies me proposa d’investir une partie de son jardin pour faire mes premiers essais. J’allais donc, en traversant le quartier, poser régulièrement mon compost directement à l’emplacement de mes carrés de légumes. J’avais délimité avec des planches de bois chaque parcelle. Ce fut, dès l’été, que je commençais à mettre les herbes, les déchets végétaux ménagers et toutes mes tailles d’arbustes réduites en morceaux sur la terre.

Mon amie s’amusait de mon engouement. Elle n’avait jamais pris le temps de se consacrer à l’art du jardinage et elle le regrettait. Elle constatait, m’avait-elle dit, que l’élan envers la nature que je lui apportais, la rendait plus consciente du monde dans lequel elle vivait. Elle me laissa, un soir, ses clés, pour que je vienne m’occuper de son animal domestique, un vieux chat qui ne bougeait jamais de son coussin, pour ce que j’en avais vu. Je ne pouvais refuser de lui rendre ce petit service. Elle devait aller voir un spécialiste de Botox.

J’allais donc, le lendemain matin, nourrir le félin. Il était immobile, à sa place préférée, comme d’habitude. Comme sa vieillesse me faisait craindre le pire, je le touchais doucement pour voir s’il réagissait. Après un grand bâillement, il s’étira, tourna sur lui-même, puis se remit en boule sur son coussin. J’étais rassuré. Je sortis sa nourriture du réfrigérateur et j’entendis une masse, derrière moi, qui avait lourdement atterri sur le sol. Celui qui était endormi quelques secondes avant, se réveillait, et il fit entendre un miaulement désespéré. Il voulait toute mon attention. Je me retournais vers lui pour le caresser, mais il m’ignora complètement. Il était uniquement intéressé par ce que contenait son bol, l’ingrat. Je le laissais donc à son repas, et je m’en retournais chez moi, quand j’entendis un autre miaulement, dans mon jardin. L’animal m’avait suivi subrepticement. Je le pris dans mes bras pour le reconduire chez lui. Il eut l’air d’apprécier ce traitement, car il ronronna puissamment tout le trajet.

 

The author:

author

Paula Tigner, est une femme d'affaires, conférencière et blogueuse québécoise spécialisée dans les questions de stratégie de réseaux sociaux. Elle est titulaire d'une Maitrise en Sciences en Commerce électronique de l'Université de Montréal.